Pour faire Pays

Partez à la rencontre de l'équipe derrière le projet afin d'en apprendre davantage sur nos motivations, nos envies et nos Pays.

Bonjour à tous et à toutes,

Après avoir commencé à explorer les raisons qui nous poussent à nous lancer dans cette aventure médiatique, en répondant une première, puis une seconde fois à la question « Pourquoi Pays ? », il est temps de vous présenter l’équipe derrière Pays.

Cette équipe est évidemment appelée à s’agrandir, elle est le noyau du projet. Nous espérons vivement que de nombreuses énergies viendront s’y agréger pour faire émerger un projet de revue résolument nouveau et tourné vers tous ces Pays auxquels nous avons de nouveau accès depuis une semaine. Si vous souhaitez vous impliquer dans le projet, n’hésitez surtout pas à nous contacter !

Manon Boquen, journaliste, fondatrice

Voilà bientôt trois ans que j’aurai commencé ma route solitaire sur les chemins du journalisme. Solitaire, au départ du moins, car j’ai choisi de devenir pigiste et de travailler pour différentes rédactions. Or, qui dit différents employeurs, dit aussi pas de bureaux ou de collègues. Mais à choisir, l’indépendance et la liberté que m’offre le statut de pigiste valent largement la peine de mener ma propre barque. Il faut dire que je suis chanceuse. Depuis plus d’un an, j’ai rejoint les rangs d’un collectif de pigistes, les Incorrigibles, avec des âmes vagabondes comme la mienne et un bureau à partager. La solitude des débuts a soudainement disparu.

Différents chemins m’ont menée à la pige et notamment le travail en duo, découvert en stage à Rendez-vous photos, sur des sujets au long cours menés avec des photographes. Enfin, nous avions le temps d’aller sur le terrain tout en partageant nos regards sur les gens et le monde. Puis nous pouvions choisir les sujets que nous souhaitions traiter. Quelle chance !

De Vitry-le-François dans la Marne jusqu’Aubervilliers en Seine-Saint-Denis en passant par Aulnoye-Aymeries dans le Nord, j’ai emprunté des trains, des métros et découvert des pays grâce à mon métier. Sur un vélo à la découverte de l’agriculture de l’île d’Yeu, sur un bateau dédié à la recherche marine dans le port de Cogolin, à pied en forêt de Fontainebleau pour écouter les oiseaux, j’ai pu observer ces territoires et interroger leurs problématiques. De l’inspiration en veux-tu en voilà pour un projet comme Pays.

Mes pays, je vous en ai déjà parlé. Ayant passé la plus grande partie de ma vie en Bretagne nord, je ne peux qu’être profondément attachée à ce territoire qui m’a marquée durablement. J’ai connu, quelques temps, Paris, sa profusion de personnes, de parcours et, comme beaucoup de grandes villes, d’inégalités. Avec Pays, je veux mettre la focale sur tous ces autres territoires que j’ai traversés sans avoir eu le temps nécessaire de mieux les appréhender. Alors, venez et prenez la route avec nous !

Benoît Michaëly, photographe

Depuis l'âge de dix ans je photographie des paysages et des gens, mais jamais séparément. J'aime photographier les rues lyonnaises, où je suis né, avec ses passants. J'adore quand les randonneurs et les randonneuses foulent la montagne corse, même si ce ne sont qu'un ou deux points de couleur qu'on aperçoit au loin. Habiter les images et les paysages revient à raconter des histoires. Pays, c'est l'occasion pour moi de raconter en photographies comment on habite la grande diversité de nos territoires.

Christelle Perrin, directrice artistique

Devenue graphiste après des études d'art à Beauvais, Rennes puis Saint-Étienne, j’ai travaillé pour des institutions publiques et des médias dans une démarche d'intérêt général tournée vers les autres pour faciliter l’accès à l’information. Je n’ai pas d’attachement à des territoires en particulier ; je me sens chez moi près des miens, où qu’ils soient. J’apprécie la diversité des paysages, des architectures et des saveurs de la France entière. Cette diversité, je l’ai découverte en voyageant par le rail et l’idée d’en partager des images, des textes, d’en observer les particularités me séduit beaucoup dans le projet que nous portons avec Pays.

Baptiste Thevelein, directeur de la publication

Je suis né et j’ai grandi dans le Cotentin. À dix-sept ans, lorsque j’ai eu la chance de pouvoir poursuivre des études, j’ai quitté ce pays, pour certainement mieux y revenir, et pour en découvrir d’autres : Rennes, puis Paris. Il y a bientôt dix ans, lycéen, j’ai créé Maze, le premier média d’initiative jeune en France. Mon parcours associatif a toujours été à l’origine de mes études et de mon parcours professionnel. Je suis diplômé en Science politique, et du CELSA Sorbonne Université en Management des médias. Parce que l’éducation non-formelle est indispensable et que l’engagement dans le cadre des études doit être reconnu et valorisé, j’ai rejoint en 2014 Animafac, le réseau national des associations étudiantes, dont j’occupe la présidence depuis deux ans. Passionné par les nouveaux médias, je pilote et anime une communauté de fondateurs, dirigeants et porteurs de projets dans ce domaine au sein du Tank media. Pays est l’occasion de conjuguer toutes ces appétences et de construire une réponse à un véritable manque dans le paysage médiatique.

Merci pour votre lecture. Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à nous contacter, et à partager cette newsletter autour de vous.

Dans la prochaine édition, Christelle vous fera découvrir les premières réflexions sur l’identité visuelle et la maquette de Pays.

À très vite,

— Manon Boquen, Benoît Michaëly, Christelle Perrin et Baptiste Thevelein